Blog

Télémédecine : 1 solution gagnant-gagnant pour la santé et la planète

telemedicine and carbon footprint

Télémédecine : 1 solution gagnant-gagnant pour la santé et la planète

A l’occasion de la Journée mondiale de la santé que nous célébrons aujourd’hui sous le thème “notre planète, notre santé”, dans l’article nous verrons comment la télémédecine affecte notre vie quotidienne, notre santé et notre planète. Suite à l’étude à grande échelle publiée dans The Journal of Climate Change and Health, les chercheurs ont découvert qu’une augmentation de l’utilisation de la télésanté correspondait à une diminution spectaculaire de l’empreinte carbone, c’est pourquoi de nombreux chercheurs, experts médicaux et décideurs discutent du futur potentiel de la télémédecine.

La télémédecine et l’empreinte carbone du secteur de la santé

La santé, secteur dont la mission est de ne faire aucun mal et de soigner les gens, a une empreinte climatique importante et contribue de manière majeure à la crise climatique, qui évolue déjà vers une urgence sanitaire mondiale. Un nombre croissant d’études et de chercheurs internationaux confirment et éclairent ce constat.

Personne ne demanderait une réduction des émissions dans le secteur de la santé puisque la santé et la vie humaines sont en jeu. Cependant, les preuves trouvées suggèrent que la relation entre la qualité des services de santé et l’empreinte carbone du secteur de la santé pourrait être inversée. La complexité d’un service de santé étant plus élevée, l’intensité carbone et les émissions nettes de gaz le sont également.

Les pratiques de soins de santé actuelles et la mobilisation fréquente des patients et des fournitures médicales vers les établissements de santé ont souvent été associées à des émissions de carbone plus élevées. Par conséquent, l’utilisation de la télémédecine et le transfert de certains aspects des systèmes de santé vers des programmes à distance pourraient être une solution ouvrant la voie à un écosystème de soins de santé plus durable et mieux adapté aux patients. La télémédecine ne peut pas remplacer la relation physique entre le médecin et son patient, mais les téléconsultations et la télésurveillance peuvent favoriser la continuité des soins, immédiatement accessibles et personnalisés, qui sont des éléments clés d’un écosystème de santé adapté aux patients.

Bien que la télémédecine et l’utilisation de l’IA et des nouvelles technologies en santé génèrent des émissions de carbone, elles sont bien moindres que celles des pratiques traditionnelles où les patients et les professionnels de santé doivent se déplacer en utilisant des moyens de transport “carbonés” pour se rendre à leurs rendez-vous. Dans ce contexte, il est approprié de discuter sur la pertinence de la télémédecine comme stratégie efficace d’atténuation du changement climatique, non seulement dans les zones rurales mais aussi dans les environnements urbains où la qualité de l’air est mauvaise. Les avantages de la télémédecine pourraient donc encore être plus grands si moins de personnes venaient à utiliser les transports publics ou privés.

Des études antérieures indiquent que les programmes de télémédecine actuels réduisent les émissions liées aux déplacements dans une mesure limitée, mais la mise en œuvre plus large de la télémédecine pourrait contribuer de manière significative à la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l’origine du changement climatique, notamment en matière d’économie d’énergie et de matières premières, de réduction de la consommation de carburant et de temps.

Pour obtenir les meilleurs résultats par rapport à ce sujet, il est nécessaire d’avoir un changement d’état d’esprit quant au système de santé lui-même et aux efforts à fournir par les décideurs en matière de santé.

La télémédecine comme solution à l’empreinte carbone 

La télémédecine consiste en des services de santé fournis à distance avec l’aide des télécommunications. La définition large de la télémédecine reflète le fait que ce domaine en plein essor comprend de nombreux services : téléconsultations (consultation à distance avec un médecin), télésurveillance (suivi à distance du patient) et télé-expertise (avis d’expert, de médecin à médecin).

La télémédecine est utilisée à des fins de prévention et de suivi pour remplacer les consultations en personne, mais même certaines interventions pourraient à l’avenir s’effectuer à distance.

La télémédecine, également connue sous le nom de télésanté ou e-santé, est un outil qui rend les services de santé plus accessibles, plus rentables et qui augmente l’engagement des patients. Il s’agit de prestations de services de santé à distance, y compris des tests ou des consultations. En utilisant la télémédecine, les professionnels de la santé peuvent évaluer, diagnostiquer et traiter les patients sans avoir besoin d’une visite en personne, ce qui la rend accessible aux personnes des zones rurales isolées (déserts médicaux) qui avaient auparavant des difficultés à accéder à un médecin. Médecins et patients peuvent partager des informations en temps réel d’un écran d’ordinateur ou d’un téléphone portable à l’autre (téléconsultation). Ils peuvent également capturer et voir des données provenant d’appareils médicaux situés à des endroits très éloignés. Les patients peuvent communiquer avec les médecins depuis leur domicile en utilisant leur propre technologie personnelle ou en se rendant dans une cabine de télésanté dédiée. Son utilisation permet également aux professionnels de santé de suivre plus facilement les patients à distance – télésurveillance, et aux médecins de s’enquérir plus facilement des avis d’experts – télé-expertise.

La qualité des soins de santé fournis à distance suscite des inquiétudes car les patients et les médecins apprennent encore à utiliser cette technologie innovante. Néanmoins, de nombreux médecins et patients ont maintenant une expérience de la télémédecine depuis quelques années. Favorablement, la pandémie de COVID-19 a été un stimulateur pour de nombreux médecins et patients dans le monde entier à se familiariser avec ces technologies et bénéficier ainsi de consultations médicales tout en pratiquant la distanciation sociale. Aujourd’hui et espérons-le avec le COVID-19 derrière nous, les téléconsultations et la télésurveillance peuvent remplacer certaines visites qui seraient impossibles pour les patients vivant dans des régions éloignées ou inutiles pour les patients résidant à proximité des établissements de santé.

Des recherches récentes ont démontré que la télémédecine pouvait réduire considérablement l’empreinte carbone des pratiques médicales. L’utilisation de la télémédecine a entraîné une réduction de 40 à 70 % des émissions de carbone par rapport au modèle conventionnel de patients visitant les établissements de santé, en raison de la réduction des émissions de transport. En effet, une diminution de l’empreinte carbone peut différer d’un pays à l’autre, en fonction des exigences générales concernant les consultations en personne et les examens de laboratoire et d’imagerie supplémentaires. Cela dit, bien que la télémédecine ait déjà un impact significatif, il reste encore de la place pour des améliorations quant à l’accessibilité pour les patients et à la réduction de l’empreinte carbone. La pandémie de COVID-19 a déjà beaucoup apporté à la télémédecine, mais davantage peut être fait en ce qui concerne les technologies de rupture, et les politiques et institutions de santé.

Le développement d’une combinaison d’IA et de télémédecine réduira encore les émissions de CO2 de la santé. Au cours des dernières années, les systèmes d’IA ont développé la capacité de surveiller les patients atteints de maladies chroniques ou d’effectuer des évaluations d’urgence des patients cherchant une aide médicale à un niveau acceptable de précision et de sécurité. À titre d’exemple, les maladies inflammatoires de l’intestin, les douleurs abdominales aiguës, l’épilepsie, etc. sont au coeur de la recherche pour l’application de l’IA comme moyen d’améliorer la santé des patients. Des des études plus approfondies sont sans aucun doute nécessaires, en particulier pour les conditions de santé qui n’ont pas encore été évaluées pour une application de l’IA. Mais l’utilisation des connaissances existantes dans les soins aigus et chroniques peut réduire l’empreinte carbone, car les consultations inutiles dans les services d’urgence peuvent être évitées et le personnel médical nécessaire à leur réalisation peut également être réduit.

D’un point de vue environnemental, l’IA et la télémédecine combinées réduiront l’empreinte carbone du secteur de la santé. Cette approche durable des soins de santé a le potentiel de révolutionner non seulement la politique environnementale mais aussi la politique de santé. Cela ne demande pas beaucoup d’efforts pour protéger notre planète, par rapport à de nombreux autres changements politiques ou économiques. L’atténuation de l’empreinte carbone et la mise à l’échelle de la télémédecine se déroulent en parallèle, ce qui réduit les difficultés pour y parvenir.

Bien qu’il faudra du temps pour sensibiliser et éduquer les différents acteurs pour obtenir des résultats concrets, la pandémie de COVID-19 a déjà poussé l’humanité à réfléchir à l’environnement et aux pratiques médicales, faisant de la télémédecine et de l’IA un moyen de réduire les émissions de CO2 des soins de santé plus important que jamais.

Katarina Petkovic

Sources